samedi 29 décembre 2012

Écorces confites et autres amusements!

Bonne journée au royaume de l'humour, du rire, de l'autodérision,
 des chansons folles et des amants de la vie! Bref! Amusez-vous bien
Car la folie est bonne pour le moral et la santé!

Qu'avez-vous fait pendant le temps des fêtes? En tout cas, j'espère que vous vous êtes bien amusés!

Moi, j'ai cuisiné des écorces confites. Je vous rassure, j'ai également réveillonné avec mon fils : le réveillon de ma vie.

Ha! Vous voulez ma recette d'écorces confites? Pas de problème, je vous la donne. Je tiens cependant à préciser qu'elle provient de Tomate Cerise.

Vous aurez besoin de ::
4 peaux d'oranges à peau épaisse (ou 3 pamplemousses)
3 tasses de sucre
1 tasse d'eau

8 onces de chocolat pour tremper les lanières sèches dedans (à fondre au bain-marie à feu doux)

Je débute toujours en endossant des vêtements confortables. J'attache mes cheveux (non, non, on ne veut surtout pas manger des cheveux confits, ça s'enroule désagréablement autour de la langue, ces trucs-là!). Et là, la popote commence!

J'arrose mes fruits de savon vaisselle et je les brosse consciencieusement. Je rince bien. Ensuite, petite opération délicate : je les coupe en deux. Ha! Vous croyez (naïvement!) que c'est très simple! Laissez-moi vous détromper!

D'une main, je tiens fermement le fruit, de l'autre un petit couteau. J'enfonce délicatement la lame de ce dernier dans la peau du pamplemousse (ou de l'orange) et là pish pouish pish : du jus dans les yeux (en l’occurrence, dans les lunettes! Qui a dit que la myopie était une calamité?). J'enfonce un peu plus le couteau et là : masque au jus de fruit instantané (je suis toute heureuse : il paraît que ça tonifie la peau)! Les fruits devant être coupés en deux, je répète l'opération jusqu'à ce que toutes les victimes juteuses aient été dûment éventrées. Je presse ensuite chaque moitié de fruit...obtenant une cuisine et des vêtements picotés jaune ( vous parlez d'une recette pratique : elle vous permet de "customiser" vêtements et murs sans surplus de travail!).

Il ne reste plus qu'à gratter l'intérieur du fruit à la cuiller ou à retirer la fine pellicule retenant la pulpe à l'aide d'un couteau (mais il faut laisser l'épaisse partie blanche qui adhère au zeste). A l'aide de ciseaux, je coupe les peaux en lanières de 1/4 de pouce que j'immerge ensuite dans de l'eau froide. Je porte le tout à ébullition et, lorsque ça bout, je jette cette eau. Je répète cette opération 6 fois (ce qui permet de réduire grandement l'amertume et d'attendrir les lanières : on ne veut pas grimacer à la dégustation, et ainsi récolter une face toute plissée!). Pendant cette opération de blanchissage, j'écoute un petit film, je lis ou autre, jusqu'à ce que la minuterie que j'ai mise sur 10 minutes me rappelle à mes obligations.

Bien entendu, entre chaque étape, je dois circuler du salon à la cuisine. Curieusement, je constate qu'il m'est plus difficile de décoller les pieds du sol qu'avant d'entreprendre ma popote! Soit mes pieds se sont alourdis, soit...la gravité a oublié ses propres lois!

Un temps fou s'écoule ainsi. Puis, enfin, voilà venu le temps de cuire les lanières dans un sirop. Je verse une fois de plus le contenu de la marmite dans une passoire que j'ai déposée dans l'évier..Je dépose le sucre dans la marmite...et en saupoudre le plancher au passage (ce qui détourne encore plus la gravité de ses propres lois et rend mes déplacements dans la pièce de plus en plus ardus). J'ajoute l'eau, démarre la cuisson à Max et laisse cuire jusqu'à ce que le sirop atteigne 230F sur le thermomètre à bonbons. Lorsque ça bout, j'ajoute les pelures et diminue ensuite le feu à 6 et fais mijoter environ à 30-35 min.(jusqu'à ce que ça soit translucide. Ça peut être plus long...). Lorsque le sirop mousse bien (et qu'il tente d'escalader le rebord de ma casserole...pour s'étaler sur le poêle, le vilain coquin! ), que les lanières sont translucides et que le sirop a épaissi, je place la passoire dans un grand bol que j'ai pris la précaution de passer sous l'eau chaude (je trouve les morceaux de verre confits trop croustillants sous la dent!). Je verse le contenu de la marmite dans la passoire, puis dépose les pelures confites dans une grande assiette, en les étalant un peu pour les aider à refroidir.

Et là, débute mon étape préférée : l'étalage des lanières sur une grille du four préalablement recouverte de papier alu. Dépendamment si je désire m'offrir un petit peeling digital ou non, je peux me servir de mes doigts ou...de pinces. Lorsque tout est bien étalé sur la grille, je démarre le four à la plus basse température (environ 150F) pour une durée de 5 à 8 heures (dépendant de l'humidité ambiante...). Le but est simplement d'offrir au produit un milieu chaud et sec pour en faciliter le séchage (idée de mon cuistot de fils!).

Pendant cette étape, j'ai tout le loisir de passer une vadrouille humide sur le plancher ce qui, étonnamment, ramène la gravité à un niveau normal; je peux à nouveau me déplacer aisément. Il ne me reste plus ensuite qu'à me jeter dans la douche (toute habillée de préférence), question de m'empêcher d'adhérer à tout ce que je touche!

Résultat de cette étonnante recette : une nouvelle déco pour ma cuisine, des doigts tout doux grâce au peeling au sucre, on peut déjouer les lois de la gravité, une délicieuse odeur d'agrume se répand dans tout l'appart, on obtient du sirop de pamplemousse (ou d'orange), et du jus que j'ai ensaché et congelé pour usage ultérieur...sans compter de merveilleuses écorces confites. Ha! J'oubliais : je suis maintenant propre et...mes vêtements aussi. Il ne reste plus qu'à m'occuper de la vaisselle et du comptoir de cuisine curieusement collants (je me demande bien pourquoi!!). Voilà! A votre tour de cuisiner, maintenant!

NOTE : Bien que décrite humoristiquement, cette recette n'en est pas moins tout à fait délicieuse et mon récit (presque) authentique!

Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler l'adresse du blogue d'humour rempli de joie de vivre http://lislynem-lavi.blogspot.ca commentez et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!

mardi 11 décembre 2012

J'suis toujours vivante!

Bonjour la gang!

Je me suis tellement ennuyée de vous! Ce n'est pas par paresse ou désintérêt que je ne vous ai pas donné de mes nouvelles avant ça : je suis encore très occupée!

C'est que, voyez-vous, ça ne finit plus, un déménagement! On commence par trier, jeter, emballer. Puis on trimballe le tout à l'autre appartement où on recommence à l'envers : on déballe, on trie (encore!!), on jette et...on range le reste. On range bien entendu les gros objets en quelques heures, et les petits gugusses qui restent en...plusieurs jours...à moins que plusieurs d'entre eux ne finissent prématurément leurs jours dans la poubelle, ce qui nous évite de leur trouver un petit coin dans l'appartement...qui a curieusement rapetissé au fil du déballage!

Et puis (oh mauvaise idée!), notre regard se pose sur nos meubles dépareillés! Alors on ressort les accessoires de peinture (auxquels on a péniblement trouvé une petite place dans un quelconque placard maintenant bondé) et...on se met à répandre de généreuses couches d'un mélange pompeusement baptisé "vert bernier" sur nos meubles. Doté de deux brutales mains débordantes de pouces, on torture le pauvre rouleau...qui finit par pratiquement rendre l'âme, ou plus exactement, perdre la tête! On le fout à la poubelle, on empoigne un deuxième rouleau...dont le manche casse carrément en deux au bout de cinq minutes de travail acharné ( "Ben quoi, m'sieur! Vos rouleaux y sont un peu faiblards!). On récupère alors le premier rouleau dans la poubelle. Bon, d'accord, il perd la tête de temps à autre, mais en le tenant dans un seul sens (et en se tordant le poignet!) on arrive à terminer...l'interminable peinture! (C'était le temps : on était à  la veille de l'étaler avec la langue, cette merde!!).

Bon! C'est le tour du Mactac couleur "bois d'acajou" (Ben quoi? C'est mieux que "vert bernier", non!). On n'en a jamais installé. Qu'à cela ne tienne; comme toute personne fraîchement "transplantée", on se sent l'âme heureuse et aventureuse! Même les meubles aux multiples moulures ne nous effraient pas (...jusqu'à ce qu'on s'y attaque, armé d'un gabarit et d'un truc bien coupant ressemblant curieusement à un scalpel!).

La chirurgie improvisée est évitée de justesse à de multiples reprises. Heureusement, le Mactac finit par comprendre qu'il doit s'unir à la surface des meubles (et non à celle de nos mains...dont il semble décidément très amoureux!). Un amour impossible est évité de justesse et...les meubles sont retapés en deux temps...trois tabar$%?&$%!

Note : Vous comprenez maintenant pourquoi je ne donne plus de nouvelles! Je vous reviens dès que j'ai terminé ces travaux et...que ma région lombaire cesse d'émettre d'inquiétants craquements! A bientôt, la gang!

vendredi 12 octobre 2012

Yé Yé Yé! Mon appart est trouvé

J'ai trouvé mon appartement hier soir! Le bail doit se signer demain soir.

Je raconte tout ça dans ce commentaire. Cliquez sur le lien!

mercredi 10 octobre 2012

L'ascension

Comme vous le savez, je suis présentement à la recherche d'un appartement convenant à mon état physique. Je dispose même d'une subvention. Le présent texte a été brodé autour de ma première visite d'appartement.



Je devais visiter un appartement cet après-midi. J'avais pris mes précautions et bien expliqué à la jeune locataire que je suis handicapée. J'avais même demandé des précisions sur le quartier et l'immeuble : une petite pente mène à l'immeuble et il n'y a que 3 marches, m'a-t-on dit. Toute contente, je suis donc allée voir l'appartement cet après-midi.

J'ai débarqué de l'autobus au pied de la rue où se situait le logement. Et, lentement, courageusement, patiemment, j'ai débuté mon ascension!

Trois heures plus tard, la langue pendante, rouge, essoufflée comme un marathonien mal entraîné, je me suis arrêtée au milieu de la côte et suis entrée dans une boutique portant le joli nom de "Pièces en tous genres pour bodys malmenés". Je m'y suis procuré deux splendides rotules, les ai enfilées et...j'ai poursuivi mon ascension.

Une heure et deux rotules démolies plus tard, dégoulinante de sueur, arborant la chevelure de Diane Dufresne dans ses pires moments, je me suis arrêtée devant l'immeuble portant le numéro 586. Oh horreur! Deux marches de béton, création d'un ouvrier fou et soul m'attendaient. C'est avec la plus grande prudence que j'ai posé le pied sur cette "crochitude" de béton sans rampe et suis entrée dans le bâtiment où une nouvelle surprise m'attendait : 8 marches!

Enragée, j'ai mis mes mains en porte-voix et j'ai claironné : " ici Madame Lislyne! Je viens pour l'appart!"

Une porte s'est ouverte au bas de la volée de marches et une jeune fille est apparue.

_Bonjour!
_Heu... Non, ce n'est pas un "bon jour" pour moi! Tu sais, pendant que je gravissais la légère pente, j'ai eu tout le loisir de réfléchir : Ne voyant pas réellement la différence entre un appart perché en haut d'un immeuble et un appartement perché en haut de l'Éverest, j'ai décidé de rester dans mon perchoir actuel. En passant, jeune fille, je te conseille de retourner prendre des cours de math au primaire!

Laissant derrière moi la jeune locataire éberluée, j'ai clopiné sur mes rotules branlantes jusqu'à la rue, m'y suis assise et...me suis laissée glisser jusqu'à l'arrêt du bus!

Note : J'étais tellement déçue et en colère que j'ai décidé d'écrire ce texte pour "évacuer le méchant"! Je ne m'attendais certainement pas à trouver une très longue côte abrupte, 2 marches croches sans rampe, en plus de 8 autres marches à la place des 3 dont on m'avait parlé. L'écrire me permet maintenant d'en rire!

vendredi 5 octobre 2012

URGENT : Recherche un appartement à Chicoutimi

Bonjour la gang!

Aujourd'hui, au lieu de publier un texte, je vous fais plutôt part de ce qui m'arrive et réclame votre aide.

En effet, j'habite comme vous le savez au 3e étage (pas d'ascenseur) et je suis handicapée. On vient de m'offrir une subvention au logement. Je n'ai qu'un mois pour dénicher la perle rare : le moins cher possible _1 1/2 - 2 1/2 - 3 1/2_ (budget très restreint), rez-de-chaussée ou ascenseur, quartier plat ou semi-plat, à Chicoutimi, doit être libre début décembre ou janvier.

Si je ne trouve pas de logement passé ce délai, je perds la subvention! Je dois mettre les bouchées doubles. Vous comprendrez donc que je me fasse rare dans les prochains jours! Je vais tenter d'être présente quand même, mais je ne peux promettre de miracle.

De plus, si vous entendez parler d'un logement qui se libère (et correspondant à mes critères), dîtes-le-moi immédiatement! Le temps passe vite!

Merci à l'avance pour votre aide!


lundi 1 octobre 2012

Les lutins du Salon du Livre du Saguenay


Bonne journée au royaume de l'humour, du rire, de l'autodérision,
 des chansons folles et des amants de la vie! Bref! Amusez-vous bien
Car la folie est bonne pour le moral et la santé!


Jeudi, je suis allée au salon du livre. Ce fut un après-midi mémorable mais...étrange!

Je suis entrée au Salon au milieu d'une nuée d'enfants. Face à ces petits êtres délicats, ma Harley faisait presque office de bulldozer! Attention aux petits orteils!

Réussissant à me faufiler au milieu des vivants petits monstres, j'ai enfin atteint un premier kiosque regorgeant...de livres pour enfants! Oui, je sais, mon âge mental avoisine parfois les cinq ans, mais ce jour-là, je portais fièrement ma cinquantaine!

Bien décidée à dénicher un livre me convenant, j'ai effectué quelques détours dans le labyrinthe qu'était le Salon. Je ne l'ai pas remarqué immédiatement, je l'avoue, mais un curieux phénomène se produisait, de façon de plus en plus évidente. C'est que le Salon regorgeait de lutins coquins! Ces petites créatures ne semblent avoir d'autre but dans la vie que d'enquiquiner tout un chacun! A chaque kiosque où je m'arrêtais, un vilain lutin m'agrippait la jambe, le temps d'y planter douloureusement une aiguille et d'y injecter une bonne dose d'alcool ( Je jure ne boire que contrainte et forcée par de méchants lutins!).

En provenance de...


Si l'effet ne s'en est pas fait immédiatement sentir, ce fut bientôt le cas! C'est ainsi qu'à la fin de mon agréable pèlerinage j'ai atteint, toute chancelante, le kiosque d'un très sympathique médecin écrivain (http://blogue.lespelleteursdenuages.com/category/vie-rituelle/ ).

Je me suis assise sur ma Harley, dont le panier contenait à ce moment-là un couteux dictionnaire des cooccurrences, et nous avons discuté un petit moment de ses écrits...et des miens. Je me reconnaissais dans les phrases philosophiques inscrites sur les murs du kiosque, dans la vivacité, le positivisme et l'humour de l'homme. Tout s'est donc bien déroulé jusqu'à ce que j'aie la mauvaise idée de me lever brusquement pour me déplacer dans le kiosque. Chancelante ( "J'suis saoule, m'chieu, mais ché rien pu! Heu...rien bu!"), je n'ai sauvegardé mon honneur qu'en m'agrippant à la dernière minute à la main de l'écrivain. Je le sais : j'ai le tour de produire mon petit effet!

En provenance de...


Il semble que ce charmant homme ait l'habitude des "saoulonnes de Salon", car c'est tout sourire qu'il m'a évité la chute (quoique...dans ma folie, je serais sans doute morte de rire si d'aventure je m'étais étalée!). La discussion alla bon train encore un petit moment. Lorsque mon estomac débordant de vide signala l'heure du départ, nous avons échangé l'adresse de nos sites respectifs.

C'est le sourire aux lèvres et les jambes toujours saoules, un malicieux lutin accroché à chacun d'elles et y plantant cruellement de grandes aiguilles, que j'ai quitté le Salon, éblouissant le charmant écrivain...de ma splendide démarche pingouinante!

Note : J'ai passé un après-midi passionnant, dont la facture en terme de douleur et de fatigue défriserait le plus richissime des millionnaires! Je ne regrette rien, cependant! J'ai rencontré un écrivain charmant, acheté 2 livres qui me serviront à améliorer la qualité de mon français (ce dont vous bénéficierez!), ai rencontré au resto une tante que j'adore et que je n'avais pas vue depuis longtemps, et...fait quelques commissions à la sortie du Salon.


Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler l'adresse du blogue d'humour rempli de joie de vivre http://lislynem-lavi.blogspot.ca commentez et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!

Vous aimeriez que j'écrive une histoire humoristique basée sur une de vos anecdotes? Très simple : expédiez-moi vos anecdotes par le biais du formulaire de contact situé en haut de la colonne de droite, ou en commentaire (au bas des textes...)!

vendredi 28 septembre 2012

Module de sondage et autres nouveautés



Bonjour fidèles lecteurs! Bienvenue aux nouveaux visiteurs! Je constate avec plaisir que vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre et à commenter mes textes.

Je ne vous lâche pas non plus : de nouveaux écrits déjantés seront bientôt publiés.

J'aimerais porter à votre attention l'ajout d'un sondage, en haut à droite : j'espère que vous y répondrez en grand nombre!

Une page sur laquelle seront publiées mes pensées vient d'être ajoutée. Sur une autre page, vous découvrirez encore des citations, d'autres auteurs, cette fois! Ces pages sont permanentes et leur contenu n'apparaîtra jamais dans la zone de texte du blogue. C'est pourquoi il est important que vous pensiez à aller régulièrement y jeter un oeil...

Si vous avez des sujets de textes ou de sondages à me soumettre ainsi que des citations, laissez-les-moi en commentaires sur ce texte, ou expédiez-les-moi par formulaire contact.

A bientôt sur Lislyne M-Lavi, tout en humour et en autodérision!


La BA de la journée


Bon début de journée tout en humour sur le blogue des Journaux non intimes de Lislyne M-Lavi!
En provenance de


Aujourd'hui, j'ai décidé de m'humilier publiquement...pour votre plus grand bonheur, sans aucun doute. Mais, avis à celles qui m'ont expédié des anecdotes : vous ne serez pas épargnées!

(Dans une autre vie) j'ai toujours été maigrichonne. La quarantaine, puis la cinquantaine, et la ménopause, m'ont cependant rattrapée; j'ai pris 25 livres en moins de cinq ans et...un beau bedon! Résultat : j'ai eu le plaisir de refaire ma garde-robe au complet!

Au printemps, ayant à choisir entre me promener nue dans la rue, porter une jupe non zippée dévoilant largement mon postérieur ou...claquer un joli petit montant pour regarnir ma garde-robe, j'ai finalement choisi cette dernière option. J'ai d'ailleurs déniché plusieurs petits trésors, dont une splendide jupe fendue à l'arrière. Je l'ai portée souvent, car elle est assortie à plusieurs de mes corsages.

Au fil des semaines cependant, il m'a semblé que j'avais de plus en plus de mal à fermer ma jupe (Ex-Chum aurait-il flanqué mon petit trésor à la sécheuse? L'aurais-je fait moi-même??). Mais je ne me suis pas alarmée pour autant. Je l'ai mise, il y a encore quelques semaines de ça pour aller magasiner. Elle me serrait un peu la taille, mais ne me gênait pas du tout dans mes mouvements. J'ai donc pu prendre facilement l'autobus, y monter, en descendre...

Étonnamment, les gens se précipitaient pour m'aider, cette journée-là; j'étais super contente. Des hommes, pour la plupart, l'air avenant et le sourire plein de dents vantant les mérites des produits blanchissants. Le premier, me voyant descendre à reculons, ma Harley devant moi, m'a laissé le temps de descendre puis, empoignant le déambulateur, l'a descendu l'a débarqué de l'autobus. Ha! Mon magasinage débutait bien!

Je m'apprêtais à traverser la rue, lorsqu'un homme dans la cinquantaine, marchant derrière moi, s'est précipité à ma suite. Se plaçant près de moi, il s'est mis à faire la circulation, me laissant passer avec, lui aussi, un très large sourire! Hé bien! C'était la journée des BA!

Je suis ensuite entrée au Dollarama sans aucune peine : un vieillard à l'air curieusement fripon me tenait la porte ouverte. Un peu perturbée par cet enchaînement de gentillesses, je me suis empressée d'emplir mon panier et me suis dirigée vers la caisse : deux hommes dans la quarantaine, tout sourire, m'ont pratiquement arraché mon panier des mains pour en vider le contenu sur le comptoir!

Écoeurée, n'en pouvant plus de tant de sollicitude, je  me suis sauvée du magasin, mes achats s'entrechoquant dans leur sac! Refusant résolument l'aide de deux jeunes hommes, je suis montée dans le bus tête haute, affichant dignement mon autonomie. Quelques minutes plus tard, enfin seule chez moi, je rangeais mes achats lorsque, prenant conscience des tiraillements de ma jupe sur mes hanches, je me suis mise en devoir de la rajuster en la tournant un peu, en tirant sur le bas... Et, soudain l'horreur! Mes doigts sensés rencontrer le tissus de la jupe à hauteur des fesses ne rencontrait que...le vide! Haaaaaaaaaaa!

En provenance de...


C'est que, voyez-vous, étant trop serrée, la jupe m'était remontée sur les hanches élevant, du coup, la fente arrière qui dévoilait maintenant le bas de mes fesses! Heureusement que je portais mes belles bobettes fleuries!!!

Après un moment de réflexion, je me suis dirigée vers le salon, toute ragaillardie : j'étais très fière d'avoir fait le bonheur de tant d'hommes...même si c'était tout à fait involontairement!

Note: La partie vraie, dans cette (scabreuse) histoire, c'est...que ma jupe dévoilait mes bobettes à mon insu, chose que je n'ai réalisée qu'en coup rendue à la maison. Tout le reste, les hommes curieusement serviables, ça sort de ma caboche! Je ne sais toujours pas ce qui a tant rétréci ma jupe au niveau des hanches...peut-être a-t-elle fait un séjour dans la sécheuse sans que j'en sois informée! J'ignore tout autant pourquoi...personne ne m'a gentiment fait savoir que quelque chose clochait dans mon habillement!!

Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler l'adresse du blogue d'humour rempli de joie de vivre http://lislynem-lavi.blogspot.ca commentez et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!

Vous aimeriez que j'écrive une histoire basée sur une de vos anecdotes? Très simple : expédiez-moi vos anecdotes par le biais du formulaire de contact situé en haut de la colonne de droite, ou en commentaire (au bas des textes...)!

Je vous suggère également ce texte qu'on aime chanter : Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?

http://www.boosterblog.com

mardi 25 septembre 2012

Propos, pas pros et preposes

Vous aimeriez que j'écrive une histoire humoristique basée sur une de vos anecdotes? Très simple : expédiez-moi vos anecdotes par le biais du formulaire de contact situé en haut de la colonne de droite, ou en commentaire (au bas des textes...)!

Aujourd'hui, petit coup de gueule humoristique sur ce petit blogue d'humour! Rigoler permet parfois d'épargner quelques vies!


Propos, "pas pros" et préposées!


Madame, on vous envoie Mme X1 mardi à 15 heures pour faire votre ménage.
_Oh merci, madame!

Le mardi arrive, les heures s'écoulent : pas de Mme X1! Où est-elle passée? Mystère!!! J'appelle le service de maintien à domicile.

_ Bonjour Madame. Ici Mme Lislyne Aime Lavi. J'appelle pour vous informer que votre préposée ne s'est pas présentée.
_ Hum hum hum... Attendez un peu... Oui, effectivement, Mme X1 devait aller chez vous cet après-midi. J'ignore ce qui s'est passé, elle est habituellement fiable. Écoutez...je vais vous envoyer Mme X2 à la place, vendredi à 14heures. Cela vous convient-il?
_ Oui, tout à fait! Merci!

Je raccroche, toute rassérénée : on va m'envoyer une préposée vendredi. Les jours passent rapidement; on est maintenant vendredi et il est 14heures. On sonne à la porte. Je vais ouvrir : on m'a envoyé une hybride de Marie Poppins et Madame Blancheville! Elle me fait un beau ménage, babillant gaiement, ensoleillant ma journée au passage. Je suis très contente, car on m'a dit qu'on m'enverrait cette dame tous les mardis. Quel plaisir!

En provenance de


Le mardi suivant, je me fais belle, je glisse ma liste d'épicerie dans ma bourse et attends la gentille Marie-Poppins-Madame-Blancheville qui, cette fois, doit m'accompagner à l'épicerie. J'apprends à mes dépens que ces merveilles d'hybrides ne se présentent jamais deux fois au même endroit! Mais bon, la réceptionniste du service me rassure : un gentil monsieur viendra demain à 13 heures me chercher pour me conduire à l'épicerie.

Le mercredi, à l'heure dite, un gentil trentenaire se présente à ma porte. Après quelques minutes d'observation, j'en conclus qu'on m'a envoyé, cette fois, un hybride du rigolo Mel Gibson (L'Arme Fatale) et de Monsieur Serviable Ex-Chum. L'expédition à l'épicerie se révèle être le moment le plus heureux et le plus drôle de ma journée! De plus, avantage non négligeable, Monsieur Rigolo-Mel-Serviable-Ex effectue sans broncher de multiples allers-retours dans mon petit escalier de (seulement) 28 marches, chargé de mes sacs. Finalement,  ça sert à quelque chose, un homme! 

Cette sympathique expédition à deux me laisse cependant un petit goût amer ; on ne m'enverra certainement pas deux fois ce gentil jeune homme. Voyez-vous, les Monsieurs Rigolo-Mel-Serviable-Ex se font aussi rares et volatiles que les Mmes X1!

Aujourd'hui, troisième semaine. De retour de chez l'optométriste, je me prépare en catastrophe une casserole de pâtes aux tomates, que j'engloutis en quatrième vitesse : la femme de ménage arrive tantôt; je dois dégager le comptoir de cuisine!

Les heures s'écoulent... Les nouilles que j'ai avalées en deux ou trois coups de pelle, parcourent le long tunnel qu'est mon tube digestif, me faisant regretter, à grand coup de crampes stomacales, de les avoir ingurgitées si grossièrement. A ce désagrément, s'ajoute le pénible souvenir des 30$ que j'ai dû débourser pour avoir l'extrême plaisir de me faire verser des gouttes irritantes dans les yeux. Les pupilles toujours dilatées, j'évolue dans un monde flou et aveuglant!

Des heures plus tard, les pâtes récalcitrantes toujours coincées dans l'estomac, j'admets enfin la dure réalité : ma femme de ménage ne sera pas au rendez-vous, une fois de plus!

J'appelle le (maudit) service. Les pauvres, ce n'est (toujours) pas de leur faute : ils m'avaient réservé la gentille Marie-Poppins-Madame-Blancheville bien que, on le sait, celle-ci n'œuvre jamais deux fois dans le même foyer.

Renfrognée, les canines rallongeant à la vitesse de l'éclair, j'écoute Madame Ha-Lahurie m'expliquer qu'étant en réunion lundi matin avec les préposées, elle n'a pu m'informer à temps du désagrément qui, une fois de plus, allait être mien. Bien entendu, la pauvre femme (Grrrrrrrrrr!) n'a pu, non plus, me joindre dans l'après-midi, ni le mardi matin (c'est qu'elle est drôlement occupée et ne dispose d'aucune serviable réceptionniste pour téléphoner à sa place! Grrrrrrrrrgggrrrrrrrrrrrrrr!). Pauvre, pauvre, pauvre Madame Ha-Lahurie!

Pendant que j'écoutais les jérémiades de l'infortunée femme, mes crocs avaient poussé tant et si bien, qu'ils me transperçaient à présent les lèvres. C'est la bouche à moitié fermée que je réussis à exprimer ma déception à Madame Ha-Lahurie...sans mordre le combiné téléphonique!

Et présentement que se passe-t-il? J'attends! J'attends, j'attends...que mes nouilles descendent, que mes canines rétrécissent et...qu'on me rappelle pour me dire qu'on m'enverra une préposée...la semaine des 4 jeudis!!!




Note :  Croyez-le ou non, si on enlève la "dentelle" dont j'ai enjolivé mon histoire, tout est vrai! C'est d'ailleurs pour ne tuer personne, et surtout pour ne pas engueuler les pauvres préposées qui n'y sont strictement pour rien, que j'ai écrit cette histoire.

Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler l'adresse du blogue d'humour rempli de joie de vivre http://lislynem-lavi.blogspot.ca commentez et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!

dimanche 23 septembre 2012

Steak transformé en mongolfiere


J'ai dépoussiéré ce vieux texte pour vous. J'espère qu'il vous plaîra!

Bonne journée au royaume de l'humour, du rire, de l'autodérision,
 des chansons folles et des amants de la vie! Bref! Amusez-vous bien
Car la folie est bonne pour le moral et la santé!



J'ai passé mon lavement baryté ce matin. Ça a bien été dans l'ensemble, mais ça a été trèèèèèèèès looooooooong!

On m'a fait enfiler l'élégante jaquette bleu dans le pur style hospitalier, puis on m'a installée sur la table d'examen. Et là, l'attente a commencé : 40 minutes à attendre le médecin chargé de l'examen! En effet, madame était pendue au téléphone (j'espère que c'était vraiment important...ou son interlocuteur particulièrement beau!).

Et puis, l'examen a débuté! Quel plaisir! Que de jouissance!

On nous emplit l'intestin d'un liquide blanchâtre semblable à de la craie liquide et on nous souffle de l'air dans le bedon. Et là, tourne d'un bord, tourne de l'autre...retourne! Une question nous vient à l'esprit : "Suis-je bien dorée de tous les côtés, là?!" Et ça recommence : on dit au steak (vous!), de se tourner à nouveau!!! Puis, on fait basculer la table à la verticale, question d'éprouver le sens de l'équilibre du "steak minute".

Bon! L'examen est fini! Et c'est...la course aux toilettes! Là, sur le pas de la porte, vous vous contorsionnez jambes croisées, sautillez presque sur place, pendant que la technicienne vous donne ses dernières directives (hé, ma belle, tu vois pas que j'ai une envie PRESSANTE!!!). Enfin, elle vous laisse à votre nouvelle et passionnante occupation : vous vous asseyez sur le trône et vômissez (ben oui, par en bas!!!) cette craie et cet air dont on vous a farcie.

Près de 15 minutes s'écoulent, ainsi que des litres de craie sur fond de bruyants gets d'air, Vous vous levez enfin et allez vous rhabiller. Et là, surprise! Votre bermuda, parfaitement à votre taille à votre arrivée à l'hôpital, ne vous va plus! Il a curieusement "rétréci" pendant votre examen!!! Vous l'enfilez tant bien que mal, le laissez entrouvert faute de pouvoir faire mieux et ...tirez sur votre t-shirt afin de le descendre sur le bermuda récalcitant.

Et le steak-patient, transformé en mongolfière par la magie de la médecine, prend le chemin de la maison en laissant de temps à autre échapper un surplus d'air!

Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler l'adresse du blogue d'humour rempli de joie de vivre http://lislynem-lavi.blogspot.ca commentez et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!

mercredi 19 septembre 2012

Le dentier voyageur

                                                Que vous soyez en bonne ou en mauvaise santé

ce blogue de Lislyne M-Lavi vous propose

les meilleurs médicaments...totalement gratuits :

le rire, l'humour, l'autodérision!

Soignez-vous bien!


N’ayant pas froid aux yeux, mon amie Miva m’a suggéré: « Tu veux devrais raconter la fois ou... »


Ceci n’étant pas tombé dans l’oreille d’une sourde, je vous raconte donc (à ma façon ) « la fois où… »! Pardon, pardon, pardon Miva!!



_ Grabuge! Qu’est-ce que t’as fait de mon dentier? s’exclame Miva, furieuse.

Le chat gris s’avance vers elle, nonchalant…


_ Tu n’en finis pas de faire du mal, de jouer avec mes affaires, de mâchouiller mes orchidées! Ça ne peut être que toi le coupable! Rends-moi mon dentier!

Devant l’air de pure innocence du matou gris, Miva pousse un grognement de frustration, puis se met en devoir de retrouver les fameuses fausses dents.

Toute sa vie, elle a cumulé les problèmes de dents et de gencives. Son dentier ne fait pas exception! Ne tenant que par miracle sur ses gencives rétrécies, il ne lui sert que de pratique parure lorsqu’elle s’avise de sourire. A l’heure des repas, incapable de mâcher quoi que ce soit (à part le dentier lui-même!), Miva le pose dans un petit bol rempli d’eau, près de son assiette. Au restaurant, la bienséance la force (malheureusement!) à le conserver dans sa pauvre cavité buccale malmenée.

S’apprêtant à se rendre à la clinique pour recevoir son vaccin, elle en a justement besoin, de cette parure esthétique! Elle cherche donc sous le lit, dans ses chaussures, dans le panier qui sert de lit à Grabuge, dans la garde-robe (en fait, partout où le damné chat est susceptible d’avoir caché son butin…). En vain! L’heure du départ ayant sonné, elle quitte donc son logis sans dentier. L’autobus ne se fait pas attendre : elle y monte et s’assoit près d’une dame âgée, potelée et entièrement vêtue de bleu. Elle ne met cependant pas longtemps à comprendre son malheur!

Désespérément sociable, la dame entame la discussion. Sa mère lui ayant enseigné le respect des personnes âgées, Miva se fait un devoir de lui répondre, la bouche cachée derrière sa main. Cette technique se révélant peu efficace en raison de la légère surdité de sa compagne de voyage, elle décide d’en changer. La voilà avec un mouchoir sur la bouche tenu, de chaque côté du nez et de la bouche, par ses petits doigts boudinés fortement crispés. La technique se révèle efficace au-delà de toute attente : non seulement la vieille dame l’entend-t-elle parfaitement, mais un peu mal à l’aise face à cette étrange femme voilée, elle se résoud (enfin!) à se fermer le clapet et se plonge dans la lecture assidue d’un livre que, dans son énervement, elle tient…tête en bas!


Miva arrive finalement à destination, reçoit son vaccin et revient à la maison.

_ Grabuge!!!

La poubelle du salon git au sol, son contenu largement étalé sur le plancher de bois flottant.

_ Maudit chat à marde! grogne l’infortunée sans dentier. Si je le retrouve, je l’édente, le pends par les moustaches, le…

Mon amie est soudain stoppée net dans ses récriminations par…une dent! Oui, vous avez bien compris, une dent! La dite dent émerge d’un mouchoir froissé gisant près de la corbeille renversée. Transportée d’espoir, Miva s’approche, le cœur battant à tout rompre… Oui, il s’agit bien de son dentier! Se tournant vers le chat gris qui vient de faire son apparition, elle grommelle : « Ben oui! Ben oui, je sais que ce n’est pas toi le coupable, pour une fois! »

C’est que, voyez-vous, Miva se rappelle maintenant avoir retiré son dentier la veille afin de manger quelques chips. N’ayant aucune envie de se lever pour aller chercher le petit bol d’eau servant traditionnellement de bain au dentier, la paresseuse a enroulé ce dernier dans un mouchoir. Il semble que, par la suite, elle ait distraitement jeté le dentier à la corbeille en même temps que le sac de chips vide. C’est qu’elle est propre, cette Miva! Ben quoi! Sa mère l'a éduquée!!

Se penchant vers le chat , elle lui caresse vigoureusement la tête.


_ Merci, Grabuge! Pour une fois, ta tendance à prouver que ton nom t’était prédestiné m’aura été utile!!





en provenance de...
Note : En fait, Miva m’a seulement dit de parler de la fois où elle s’est présentée à la clinique sans son dentier…qu’elle a par la suite découvert , bien emballé dans un mouchoir, dans la corbeille à papier! Le reste sort tout droit de mon esprit un peu dérangé! Cependant, ses problèmes de dents et de dentier, ainsi que le dissipé Grabuge, sont tout à fait réels! Je parie qu'en lisant mon texte, elle s'est demandé à quoi elle pensait en me suggérant d'écrire sur son histoire de dentier introuvable!


Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler l'adresse du blogue d'humour rempli de joie de vivre http://lislynem-lavi.blogspot.ca commentez et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!

dimanche 16 septembre 2012

J'ai des hallucinations auditives, ou quoi?


Bonne journée sur mon blogue humoristique
royaume du rire, de l'autodérision, de la dédramatisation,
 des chansons folles et... de la joie de vivre!
Bref! Amusez-vous bien sur le blogue http://lislynem-lavi.blogspot.ca/ 
Car la folie est bonne pour la santé physique et mentale!!


Je sors de chez Walmart, deux sacs recyclables bien remplis posés côte à côte sur le siège de ma Harley et bien attachés sur cette dernière (qui a dit que les déambulateurs ne servaient que d'aide à la marche?).

Laissant le Walmart derrière moi, je déambule tranquillement dans le long couloir piqueté, de chaque côté, de petites boutiques. Je m'apprête à entrer dans l'une d'elle, lorsqu'une dame à l'air suspicieux s'approche de moi, sourcils froncés, yeux rétrécis. Tout son non verbal signale sa méfiance; je me demande vaguement si elle me soupçonne de vol... Oui, c'est sûrement ça! Mais...pourquoi?

Se penchant sur les sacs, la fouine grogne : "Est-ce qu'il y a un petit bébé là-dedans?"

en provenance de...
Je suis estomaquée! J'ai mal entendu, c'est certain! Je souffre d'hallucinations auditives!

Observant plus attentivement la fouine, j'en conclus qu'elle est sérieuse... Visiblement la femme a cru que la mère dénaturée que je suis a transformé le déambulateur en poussette et négligemment flanqué le bébé dans un sac, entre les poivrons, les oignons et les pommes de terre (ou entre les bottes et les souliers, car je sortais de chez Walmart)! Elle doit déjà composer le numéro du DPJ mentalement! me dis-je.  

Une autre dame a été témoin de la scène. Elle est absolument hilare, mais réussit à retenir ses éclats de rire. Pendant que j'essaie de retrouver la voix (et une contenance!) elle se tourne vers la première femme et lui explique que les sacs contiennent sûrement mes commissions.

Finalement, l'étonnement cède la place au rire et c'est presque en pouffant que je confirme que mes sacs ne contiennent pas de nourrisson!

Note : Croyez-le ou non, cette histoire est vraie du début à la fin! Je n'ai absolument rien rajouté ou exagéré. Mais le pire c'est que...ça ne m'est pas arrivé qu'une fois!



Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler cette adresse!
 http://lislynem-lavi.blogspot.ca commentez et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!

jeudi 13 septembre 2012

A l'aide mere nature

Bienvenue sur le blogue de l'autodérision, de l'humour et de la joie de vivre!

Ce texte a déjà été publié sur mon ancien site, sous un autre nom. Je le publie aujourd'hui, parce que je pense qu'il est toujours d'actualité surtout pour...les vieux croûtons (ou vieilles peaux!) de ma tranche d'âge, c'est-à-dire cinquante et plus!

En provenance de...

A l'aide mère nature!


Je rouille aux pentures
Mère nature
Je suis pleine de tavelures
C’est la déconfiture

Je rouille, mère nature
Je vous le dis, je fais dur
J’ignore pourquoi je m’endure
Là, je frappe un mur

Je perds mes cheveux
Des poils les remplacent à qui mieux mieux
Un bedon m’a poussé sous eux
Je vous le dis, un maudit beau pneu

Ma pression prend l’ascenseur
Monte, descend, me fait de ces peurs
Soit j’ai des palpitations au cœur
Soit je descend au plancher, j’ai peur

Je suis dos au mur
Mère nature
Enlevez-moi mes tavelures
Rendez-moi ma jeune allure

Note : tavelures = taches sur la peau.


Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler cette adresse! http://lislynem-lavi.blogspot.ca commentez et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!


Désolée!

Peut-être avez-vous reçu un message d'avertissement lors d'une visite sur mon blogue dernièrement : il a en effet été signalé comme comportant du contenu indésirable (violence, sexisme, racisme, utilisation abusive -spam- ou autre). J'ignore qui est le petit malin qui s'est amusé à cliquer sur "signaler ce blogue"...

Parfois aussi, une augmentation très rapide de la fréquentation d'un blogue peut amener ce genre de problème. D'autre fois, il s'agit d'une erreur du système de détection automatique. Je ne suis pas la seule à avoir connu ce problème! Heureusement, suite à un examen de mon blogue, on s'est rapidement rendu compte que cette plainte était totalement injustifiée.

L'inconvénient majeur de cette plainte infondée est qu'on a bloqué tous mes outils de gestion : je ne pouvais donc plus publier quoi que ce soit! Heureusement, tout est rentré dans l'ordre!!!

Je m'excuse pour ces inconvénients et vous promets un nouveau texte très bientôt! Bonne journée!

lundi 10 septembre 2012

Nouveautés sur Lislyne Aime La Vie, blogue ou on rit

Bonjour à tous! Juste un petit message en passant...
En provenance de...

Merci pour vos nombreuses anecdotes! Soyez bien certains que je les exploiterai dans mes histoires mais...il vous faudra être patients! Voyez-vous, madame Lislyne fait du gros rangement, en ce moment! Dès que j'aurai terminé ça, je me ferai encore plus présente sur le blogue.

Nouveautés sur Lislynem-lavi :
1- Une webradio vous proposant 7000 stations, toutes bien classées par catégories (au bas du blogue. Je vous ai d'ailleurs indiqué la méthode pour syntoniser Radio Latina, afin de vous faire connaître ma station radio en ligne préférée. Hé oui! J'adore la musique latine!)

2- Quatre petits jeux : Mahjongg, Bubble shooter, Super Mario World et Multi jeux flash (En effet, ce site se veut le royaume du rire, de l'humour et également de la détente. Alors...bons jeux!)

3- 2 Compteurs : vous apprendront à quel point l'audience du blogue humoristique Lislynem-lavi a pu faire un bond ces derniers jours...grâce à vous! Merci!

4- Images : dorénavant, de petites images (gifs animés) embelliront mes textes. Un lien sous chaque image en indiquera la provenance (question de rendre à César ce qui lui appartient!).

5- Le formulaire contact est toujours en haut de la colonne de droite (pour me parler en privé...). Tout comme le formulaire d'adhésion (ces deux-là ne sont pas des nouveautés, mais il est toujours bon d'en rappeler la présence. N'hésitez pas à vous en servir!)

Bonne journée au royaume de l'humour, du rire, de l'autodérision,
 des chansons folles et des amants de la vie! Bref! Amusez-vous bien
 sur le blogue  http://lislynem-lavi.blogspot.ca/ 
Car la folie est bonne pour le moral et la santé!



dimanche 9 septembre 2012

Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?


Comme ce texte a été créé sur l'air de "Pourquoi le monde est sans amour", je vous suggère fortement d'aller vous rafraîchir la mémoire avant de lire le texte .  Car chanté plutôt que lu, il est pas mal plus drôle!! Essayez donc de fredonner le texte en écoutant les paroles et la musique originales...
Écouter la chanson originale :  Pourquoi le monde est sans amour?

v
v
v
v
v
v
v
v
v
v
v
v
v
v
Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?


Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?
Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?
Est pas belle a fait ben pitié
Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?

Le chat le sait pas, le chat le sait pas
Alors dites, dites moi pourquoi

Pourquoi grand-mère a pu d'dentier
Pourquoi  l'dentier on peut pu r'trouver
Pourquoi grand-mère a pu d'dentier
Où c'qu'à donc ben pu l'fourrer
Ça je veux pu le supporter
Pourquoi tant nous faire flipper
Pourquoi grand-mère a pu d'dentier
Nous qui la faisons pas chier
Pourquoi on peut pu manger ben en paix
C'est-tu pour nous écœurer, pourquoi?

Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?
Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?
Est pas belle a fait ben pitié
Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?

Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?
Pourquoi  la pov peut pu bouffer
Pourquoi grand-mère a pu d'dentier?
C'est l'maudit rat qui l'a volé!
Pis sous l'divan y l'a caché!
J'vous dis qu'on va l'trucider!
J'vous dis qu'on va l'trucider!
J'vous l'dis!!!!!
v
v
v
v
v
v
v
Cette chansonnette, croyez-le ou non, est tirée d'un fait vécu! En effet, lorsque j'étais petite, nous vivions dans la demeure ancestrale où se côtoyaient plusieurs générations : grands-parents, parents, oncles, et nous, les enfants! Ces vieilles demeures de briques, aujourd'hui pratiquement disparues, qui émaillaient à cette époque les petits rangs à la campagne, étaient souvent la proie des souris et des rats. Trappes, poison, tapette à mouches (oui, oui!), rien n'en venait à bout!

Un jour, grand-maman se plaint de la perte de son dentier. Elle prétend avoir vu un rat le lui voler sur la table de nuit et se sauver avec. Et là, la chasse au voleur commence (les filles effrayées, debout sur des chaises, à crier, leur petit bras tendu et l'index pointé : "Il est là, il est là!")! Finalement, le dentier est retrouvé...dans le plateau pivotant sous le divan-lit, où ce petit rusé entreposait ses "trésors"!

Vous avez aimé cet article? Hé bien, faites circuler cette adresse! http://lislynem-lavi.blogspot.ca et...Abonnez-vous (en haut de la colonne de droite)!

Oh! Vous n'avez pas lu L'obésité chez les célibataires ? Consolez-vous, il est toujours temps de le faire! Cliquez simplement sur le lien!


samedi 8 septembre 2012

MERCI à vous, amis et lecteurs!


Pour vous remercier, chers lecteurs, un "texte-cadeau" sera publié d'ici mardi sur http://lislynem-lavi.blogspot.ca. Il est titré " Pourquoi grand-mère a pu d'entier?" Dommage que je ne puisse vous la chanter (oui, c'est une chanson!), car elle serait ainsi mise en valeur (pas par ma voix de fausset, cependant!).


En provenance de...

Un premier merci à:

Bien que ne faisant plus partie de cette famille de joyeux fous qui étaient, il n'y a pas si longtemps, ma belle-famille (la famille à PP), j'en garde un souvenir encadré d'arcs-en-ciel.

Ces gens ont su redonner de la force à une flamme de saine folie en moi, que les épreuves de la vie avaient rendue vacillante. Merci à vous, les Fortin, ceci incluant PP et "belle-maman-en-or", bien entendu! Sans vous, ce blogue n'aurait jamais vu le jour! Et toi, Serges, qui par tes commentaires m'a fait réaliser quel talent de conteuse m'habitait.

Ensuite, en lisant les "Chroniques d'une mère indigne" , je me suis un peu reconnue dans le style d'écriture de l'auteure et.....voilà qui donnait naissance à mon blogue humoristique! Cependant, aucune de mes histoires n'est empruntée à Caroline Allard (dont je salue l'incontestable talent!). Les sujets sur lesquels nous écrivons sont, de toute manière bien différents... Quant à mon talent, à vous de l'évaluer!

Un deuxième merci à:
Mon fils et mes amies, sans le soutien de qui je ne serais ni aussi heureuse, ni aussi fofolle ou...persévérante!

Un troisième gros gros merci à:
Mes fans inconditionnels depuis l'ouverture des "Journaux non-intimes de Lislyne M-Lavi" : Marie-Claude, Étoile et  Louis-Philippe , le conjoint de Marie-Claude. Le nom de ce dernier n'apparaît pas dans les nombreux commentaires (bien qu'il rigole en coulisse à la lecture de chacun de mes textes. Mais vous connaissez les gars : atteints de faiblesse digitale chronique, ils ne sont même pas fichus de pousser un crayon, encore moins de pianoter sur un clavier!). 

Ces fans ont d'autant plus d'importance pour moi que ce sont de parfaits inconnus qui se sont greffés à mon blogue dès sa naissance. Un remerciement tout particulier à Marie-Claude pour son extraordinaire participation (elle me fournit généreusement en anecdotes...que vous pourrez bientôt lire sur le blogue, mais elles seront apprêtées à la sauce Lislyne!).

Note : Vous qui lisez ceci, n'hésitez pas à commenter mes textes, à imiter Marie-Claude et à m'expédier, via le formulaire Contact, de savoureuses anecdotes sur lesquelles je pourrai broder.

Ne sous-estimez jamais l'importance de votre participation dans la réussite d'un blogue ( ou dans l'augmentation du bonheur de quelqu'un...).: Sans commentaires, un auteur se décourage, son blogue s'éteint! Merci d'entretenir ma flamme!

vendredi 7 septembre 2012

Feng quoi??


En provenance de...


Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours été l'amie des chats. Sur six enfants, c'est moi que ces animaux choisissaient pour maîtresse. Devenue adulte, j'ai continué à adopter ces charmantes bêtes, jusqu'à ce que...des ennuis de santé mettent définitivement fin à ma passion.

Mais que de beaux souvenirs je garde de ces années-là! Laissez-moi donc vous en raconter un...

Ma chatte de l'époque se nommait Ébène, un nom prédestiné pour cette petite chose poilue entièrement noire et dont la tête était aussi dure que le bois dont elle portait le nom!

Un jour que je rentrais du travail, en coup mon repas choisi et mis à chauffer, j'ai voulu, comme à mon habitude, insérer dans le lecteur vidéo une cassette que j'écouterais en mangeant. Et là...

_ Ébène!

L'interpellée s'est pointée aussitôt, l'air aussi content qu'interrogateur.

_ Maow! (Salut Maîtresse!)

_ Ébène! Qu'est-ce que tu as encore fait?

_ Maooowouaouaw? (Pourquoi tu t'énerves de même, Maîtresse? a chantonné l'intéressée de l'air innocent d'un nouveau né.)

_ Je vais t'en faire, moi, des Maow! Qu'est-il arrivé à mon vidéo? Pourquoi pend-t-il au bout de sa "queue"?

_ Maouawawawaouaaaaaaaa! Mawawamaow... Miaowaaaaaawawaouaw? ( Ha ce truc! Je l'ai fait descendre de sur la TV. C'est une bonne idée, hein?)

_ Tu es encore montée sur le vidéo, hein! Et quand tu as pris ton élan pour sauter en bas, tu l'as fait basculer! Regarde-lui l'allure! Le petit panneau est tout de travers dans l'ouverture! Comment vais-je pouvoir y faire entrer une cassette?

_ Maowowowawoua ? Moawawa! Miawawawoawa. (T'aime mon nouvel arrangement? Chouette! Ça s'appelle du Feng Shaw. )

_ Bon sang! J'aurais le goût de te pendre par la queue toi aussi!

_  Maououwawaaaaaaaaaaaawouawa. Miaaa! Miaouaouawaoua! Miawawa! Miaaaamouwamiaaaaouuuaou! (Le Feng Shaw, c'est pour que tu sois plus zen, plus caaaaaaaaaaaalme. Non! Ne me remercie pas! C'est tout naturel! Qu'est-ce qu'une chatte attentionnée ne ferait pas pour sa maîtresse!).

Très contente de notre échange, Ébène est repartie se coucher, me laissant aux prise avec...un lecteur vidéo tout déglingué et...un souper calciné! Je vous ai dit que j'aimais les chats?? Je vous ai parlé de "beaux souvenirs"? Scusez mon délire!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...